colinsdeham.ch: La Société Nouvelle et L'Humanité Nouvelle: 2. Objectifs du travail.
La Société Nouvelle et L'Humanité Nouvelle



2. Objectifs du travail

Les objectifs de ce mémoire ont été définis en accord avec celui qui en était le commanditaire, à savoir monsieur René Fayt. Tout d’abord, il désirait bien évidemment avoir à sa disposition un historique substantiel de la SN. Puis il voulait que nous effectuions des recherches sur les fondateurs, directeurs, rédacteurs en chef et éditeurs, pour en tirer la matière de notices biographiques — travail qu’il jugeait intéressant du fait que les vies de la plupart de ceux-ci avaient très peu fait l’objet de recherches jusque-là.

Initialement, il nous avait également proposé de rendre compte des courants politiques et artistiques présents dans cette revue, mais après recherche il s’est avéré que ce travail-là avait déjà en grande partie été réalisé par deux étudiants de la K.U.L. Néanmoins, dans le souci de ne pas négliger l’utilité d’un éclairage historique, nous traiterons brièvement ces points. Nous essaierons dès lors de nous distinguer de nos deux prédécesseurs, qui ont eux analysé ces courants de manière généralement fort approfondie, mais quelque peu dissociée de la revue elle-même. Pour tout dire, nous avons parfois eu l’impression, à les lire, qu’ils étaient plus intéressés par ce qui tournait autour de la SN, les groupes, les autres revues, les théories, et qu’elle leur était surtout prétexte à étudier longuement ces éléments — c’est ainsi qu’ils préfèrent de toute évidence parler des collaborateurs qui se révèlent importants dans le mouvement d’idées auquel ils appartiennent que de ceux qui ont été décisifs pour l’histoire de la revue — alors que nous, au contraire, avons voulu par la démarche inverse nous servir de tout ce qui, situé dans la périphérie de la SN, pouvait contribuer à enrichir la connaissance que nous en avions.

S’il aurait été théoriquement instructif d’examiner d’autres points a priori moins intéressants, tels que la présentation, la mise en page, les publicités (leur teneur, leur objet et leur fréquence) — tant " l’"esprit" d’une revue s’exprime (…) dans son style, son ton, qui ne dépendent pas uniquement du choix des textes et des auteurs, mais aussi des multiples éléments qui concourent à la fabrique de la revue : sa formule éditoriale et l’économie des rubriques, sa typographie et les rapports entre texte et illustration, etc. " ; autant avouer d'entrée de jeu qu’un mémoire est hélas d’un espace insuffisant pour correctement passer en revue tous ces aspects.

Néanmoins, si nous n’avons pas analysé de manière systématique (par exemple par un traitement statistique des fréquences d’apparitions) les recensions et les encarts publicitaires, nous avons quand même effectué un relevé partiel, au petit bonheur la chance, des journaux et revues les plus fréquemment cités dans la SN (nous n’avons pas fait de même pour L’Humanité Nouvelle, car l’ULB n’en possède que quatre ou cinq numéros, répartis entre la Réserve et le SILO ; cette revue n’a été consultée que plus tard, dans d’autres bibliothèques) —

ce qui nous a permis de nous faire une idée de l’étendue de ce que nous appellerions sa " sphère d’affinités " ; car ces éléments pouvaient nous aider à clarifier nos idées sur la SN : c’est ainsi que nous avons noté les noms de quelques revues " sympathisantes " à inclure dans nos recherches.

Ceci nous amène à exposer notre méthodologie de recherche…